Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

19 février 2016 : l’ONERC a 15 ans !

19 février 2016 - Énergie, Air et Climat
Imprimer

Créé par la loi du 19 février 2001, l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique fête son 15e anniversaire.


Il y a 15 ans était créé, par la loi du 19 février 2001, l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique. Votée à l’unanimité du Parlement, cette loi donne rang de priorité nationale à la lutte contre l’intensification de l’effet de serre et à la prévention des risques liés au réchauffement climatique.

L’ONERC est devenu une référence pérenne s’agissant des impacts du changement climatique et de l’adaptation au changement climatique. La nature même de ces sujets impose la continuité et l’inscription dans le long terme.

L’ONERC a accompagné le développement de l’adaptation en tant que thème scientifique, et son émergence comme objet de politique publique.

Sa mission d’information se traduit par des rapports thématiques, une lettre trimestrielle aux élus, une lettre de veille technique, une base de données des projets de recherche, une exposition itinérante, et un site web intégré à celui du Ministère de l’Environnement. Sa fonction d’observatoire consiste en un réseau d’organismes scientifiques partenaires.

En charge de la politique nationale d’adaptation, l’ONERC a piloté la concertation nationale en 2010 et a préparé le PNACC, premier plan d’adaptation de la France, paru en 2011. Un deuxième plan verra le jour début 2017.

Comme point focal français du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), en liaison avec trois ministères - Ministère de l’Environnement, Ministère des Affaires étrangères et Ministère de la Recherche - l’ONERC interagit avec la recherche climatique : de la physique du climat jusqu’aux domaines d’impact et à l’économie et l’énergie. Le soutien apporté au GIEC par la France s’est renforcé avec l’élection de Valérie Masson-Delmotte comme co-présidente du groupe de travail n°1 du GIEC pour la période 2015-2022.

Dans l’UE, l’adaptation a fait son chemin et l’ONERC coopère avec ses homologues européens, sous l’égide de la DGCLIMA, créée en 2010. La stratégie européenne d’adaptation est parue en 2013.

L’adaptation est sujette aux spécificités locales. Elle appelle donc une attention particulière à chaque outre-mer français. Au fil des ans, l’ONERC est intervenu dans les trois océans et a contribué à la coopération régionale.

Les experts de l’ONERC sont régulièrement associés à la négociation climatique. Ils ont apporté leur pierre à la COP21 et à l’Accord de Paris fin 2015.

A l’interface entre science et politique, et inséré dans des réseaux scientifiques et politiques d’échelle mondiale, européenne, nationale et régionale, l’ONERC est une entité vivante et mobile.

Lieu de médiation, information, synthèse, coopération et co-création, c’est une équipe légère, de 5 personnes, appliquant la subsidiarité et le partenariat en réseau, avec des dimensions interministérielles, transversales, multidisciplinaires.

L’adaptation au changement climatique est l’un des aspects de la transition écologique. Par les savoirs et les méthodes qu’elle mobilise, elle est voie pédagogique et force de transformation.

L’ONERC œuvre ainsi, dans la durée, vers une société retrouvant l’harmonie entre les activités humaines et la biosphère.

Imprimer