Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

COP 21 - J10 – Démocratie énergétique

10 décembre 2015 (mis à jour le 11 décembre 2015) - COP 21
Imprimer

À deux jours de la clôture officielle de la conférence climat de l’ONU, et en parallèle des négociations qui battent leur plein, se tenait une importante conférence sur la démocratie énergétique.


L’implication des citoyens dans les défis du changement climatique

Une ferme éolienne au large de Copenhague, une centrale solaire photovoltaïque en Espagne, un service de fourniture de gaz et d’électricité à 250 000 clients au Royaume-Uni qui s’approvisionne auprès de producteurs coopératifs, autant de retours d’expérience présentés à la conférence sur la démocratie énergétique organisée par REScoop, réseau européen des coopératives énergétiques.

Au cœur des débats, l’approche décentralisée et démocratique de la production et de la fourniture d’énergie renouvelable. Un mouvement qui rassemble de plus en plus de citoyens dans plusieurs pays européens, malgré des cadres réglementaires nationaux parfois contraignants. « Les pays ne peuvent faire évoluer leur modèle énergétique que si les citoyens s’en emparent », a souligné Ségolène Royal en clôture, rappelant que la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte allait dans le sens d’une plus grande démocratie énergétique. La ministre a également salué le projet de fonds européen citoyen et participatif destiné à accélérer les projets de transition énergétique.

« Il faut réussir une triple mobilisation : celle des entreprises, celle des États et celle de la société civile. Pour que ces trois mobilisations puissent avoir une chance de succès, il faut définir un avenir souhaitable et partageable par tous […]. Car, pour mobiliser durablement la société, une pédagogie de la catastrophe ne suffit pas, il faut aussi parler du versant positif. » Alain Caillé, sociologue


« Momentum for Change »

La remise du prestigieux prix « Élan pour le changement » s’est déroulée ce jour en présence de la ministre. Organisé par les Nations unies, ce concours de solutions met en lumière des exemples innovants, évolutifs et reproductibles pour lutter contre le changement climatique. L’édition 2015 a ainsi récompensé seize projets, dont celui de l’ONG havraise Plantons utile. Lauréate dans la catégorie Leadership des femmes, l’association est venue présenter son initiative en Guinée : des coopératives de femmes qui contribuent à limiter la déforestation de mangroves et les émissions de gaz en utilisant des séchoirs solaires pour faire sécher et fumer du poisson.

En savoir plus

Lac Tchad

Ségolène Royal a participé à la table ronde sur l’avenir du lac Tchad. Aux côtés des représentants de la société civile des pays en partage du lac, la ministre a rappelé que « l’instabilité de cette ressource en eau est une conséquence directe du dérèglement climatique ». Pointant du doigt le risque de conflit inhérent à cette situation de pénurie, elle a poursuivi : « Nous sommes prêts à apporter notre soutien pour l’expérimentation de modèles de développement intégrés dans la région ».

Villes durables et transport propre

Invitée d’honneur sur le pavillon japonais, Ségolène Royal a signé un important protocole de coopération franco-japonais dans le domaine des villes durables et du transport propre.

Imprimer