Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

COP21 - Agenda des Solutions : Ségolène Royal mobilise les territoires des 5 continents pour accélérer les initiatives à l’horizon 2020

8 décembre 2015 (mis à jour le 9 décembre 2015) - COP 21
Imprimer

A l’occasion de la dernière journée de l’Agenda des Solutions, Ségolène Royal, chef de la délégation française pour la Conférence Paris Climat, a ouvert la séquence consacrée aux villes et collectivités locales.


La ministre a affirmé le rôle crucial des représentants des territoires du monde entier pour concrétiser et amplifier les engagements pris par la société civile pendant la première semaine de la COP21.

Selon les Nations Unies, les villes sont responsables de 70% des émissions de gaz à effet de serre et dans 20 ans, elles compteront 1,4 milliards d’habitants supplémentaires.

Les territoires portent également les solutions concrètes en faveur du climat. La ministre a rappelé que "les collectivités sont régulièrement à l’avant-garde de la lutte contre le dérèglement climatique et nourrissent les initiatives prises à l’échelle nationale ou internationale".

Pour amplifier cette dynamique, plusieurs initiatives ont été présentées aujourd’hui visant à :

  • démultiplier les plans locaux d’action pour le climat dans le monde,
  • renforcer l’adaptation des territoires aux risques climatiques,
  • garantir les financements pour qu’ils convergent vers les actions concrètes, y compris celles portées par les élus locaux
  • faciliter les partenariats entre pays et les transferts de technologies pour bâtir des villes durables et résilientes.


    1- La France se mobilisera pour permettre aux collectivités (rurales, urbaines, agricoles) de tous les continents d’élaborer un plan climat et une stratégie bas carbone au plus près des habitants afin de mettre en œuvre les objectifs fixés dans l’accord de la COP21.

    2- Ségolène Royal a annoncé également son souhait de "renforcer la résilience dans le plus grand nombre de villes et de régions possibles, avec une attention particulière accordée aux populations les plus vulnérables", comme s’y sont engagés les 187 États qui ont adopté en mars dernier le cadre d’action de SENDAI, pour la réduction des risques de catastrophes au niveau mondial. La France contribue en particulier à la mise en place de systèmes de prévision et d’alertes précoces.


Imprimer