Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

COP21, Jour 2 – les espaces Générations climat, l’engagement de la société civile

1er décembre 2015 - COP 21
Imprimer

Après l’inauguration de la COP21 par les chefs d’État lundi 30 novembre, les négociations entre les délégations de chaque pays démarrent. La COP21 est aussi rythmée par la mobilisation de la société civile, les événements thématiques et les rencontres multilatérales.


Les principales déclarations de la journée

Français Hollande à propos de l’investissement en Afrique : « Je vous annonce aujourd’hui que la France investira 2 milliards d’euros en faveur des énergies renouvelables sur le continent ».

Voir le communiqué de presse de l’Elysée

Ségolène Royal, en inaugurant les espaces Générations climat : « Je voudrais citer Édouard Glissant : agis dans ton lieu et pense avec le monde ».

Ban Ki Moon : « L’Afrique sera essentielle dans l’accord, nous avons besoin de leur aide, ils ont besoin de la nôtre ».

Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de l’Union africaine : « La COP21 ne doit pas être une occasion perdue mais une occasion en or, nous le devons à nos enfants ».

Les espaces Générations climat : des solutions pour la planète

Au deuxième jour de la conférence, les espaces Générations climat ont été inaugurés par le président de la République et Ségolène Royal. Ouverts à tous les publics, ils proposent des solutions à apporter aux dérèglements climatiques. Véritable lieu de discussions et de débats de tous les acteurs français et internationaux de la société civile, ces espaces organisent chaque jour, du 1er au 11 décembre, des débats et des conférences.

Visitez les espace Génération climat et consultez le programme des conférences

La France s’engage pour l’Afrique

À l’initiative du président de la République et en présence de Ségolène Royal, un sommet des chefs d’État africains, Défi climatique, solutions africaines, s’est tenu sur les solutions à apporter à ce continent particulièrement touché par le dérèglement climatique : sécheresse, inondations… Trois solutions ont été présentées :

  • la Grande muraille verte, vaste mur de verdure d’est en ouest du continent qui vise à freiner la désertification. Le projet montre qu’atténuation des émissions et adaptation sont étroitement liées ;
  • la préservation et la mise en valeur du lac Tchad et du bassin du fleuve Niger. Elle passe par l’aide aux communautés qui y vivent et qui en vivent. Visant à lutter contre la désertification et l’insécurité alimentaire, ce choix écologique est également un choix de développement pour des populations menacées par la montée du terrorisme dans cette région occupée par Boko Haram.
    À noter : le lac du Tchad qui s’étendait sur 25 000 km2 en 1963, ne représente plus aujourd’hui que 2 500 km2 ;
  • l’accès aux énergies renouvelables. Le développement de ces énergies diminuera la déforestation et permettra aux familles, même isolées, de s’éclairer, de faire la cuisine, de se chauffer. La promotion des énergies vertes est une priorité sur un continent où 600 millions d’habitants n’ont toujours pas accès à l’électricité.

La journée de la forêt

Aujourd’hui, le thème du Plan d’actions Lima-Paris était la forêt, véritable puits de carbone, source de multiples services pour nos sociétés, mais aussi fragilisée par le changement climatique et les activités humaines.

Un accord à long terme : "Haïti prend racine"

« Nous avons mis en place, en partenariat avec le gouvernement haïtien, un projet de reforestation d’Haïti qui s’appelle "Haïti prend racine". Il vise à restaurer les sols et les couverts végétaux et forestiers d’Haïti. Il tire aussi les leçons du passé relatifs à des reboisements qui ont échoué par manque d’implication des communautés locales. » C’est ainsi que Ségolène Royal décrit l’accord signé le 28 septembre dernier entre les gouvernements français et haïtien, la fondation philantropique américaine The Parker Foundation et l’organisation J/P Haïtian Relief Organization fondée par l’acteur américain Sean Penn après le tremblement de terre qui a ravagé le pays en 2010.

 

Crédits photo Une : Arnaud Bouissou / MEDDE - SG COP21

 

Imprimer