Accueil

Archives 2012-2017
Ministère de la Transition écologique et solidaire

COP21 – Jour 4 - Ségolène Royal lance la 2CV électrique COP 21

Une voiture électrique accessible à tous ? C’est l’ambition de Ségolène Royal qui, pour la journée du 3 décembre 2015 consacrée aux transports, a lancé un appel à projet mondial pour la voiture électrique à 7 000 dollars. Pour une route plus durable, les initiatives se multiplient. Le secteur des transports représente 23 % des émissions des émissions de gaz à effet de serre dans le monde et 28 % en France.

À la COP 21, l’heure est aux questions de transport. Le programme d’actions Lima-Paris présentait, ce jeudi 3 décembre, les solutions pour une mobilité durable. Comment réduire les coûts des voitures propres, aménager les villes de telle sorte que les habitants habitent et travaillent au même endroit, développer des matériaux plus légers ? « C’est un enjeu de santé publique et un enjeu de civilisation » a déclaré Ségolène Royal. Les transports et la ville doivent se réinventer alors que la population mondiale atteindra bientôt 9 milliards d’individus. Les villes, notamment, doivent devenir plus compactes, plus connectées.

La ministre a lancé plusieurs initiatives :

  • le soutien de la France à la déclaration de Paris sur l’électro-mobilité et le changement climatique, avec un objectif de 20 % de la flotte mondiale de véhicules en mobilité électrique d’ici 2030. Il faudra notamment renouveler la flotte, développer les infrastructures de recharge et l’innovation ;
  • un appel à projet mondial pour le développement d’une voiture électrique à moins de 7 000 dollars, baptisée par la ministre deux-chevaux COP 21 ;
  • le soutien de la France, à hauteur de 2 millions d’euros du Fonds français pour l’environnement mondial, à l’initiative de « Mobilise your City » qui facilite la planification des transports dans les pays en développement. L’aménagement des villes est un volet essentiel pour limiter les temps de transport et donc réduire les émissions de gaz à effet de serre et faciliter la ville de famille ;
  • un plan national pour la route à énergie positive avec la réalisation de 1000 km de route solaire en 5 ans. La route solaire est une technologique d’installation sur les routes de panneaux photovoltaïques. Des milliers de kilomètres de route peuvent devenir de gigantesques centrales solaires qui n’entrent pas en conflit avec d’autres usages du sol, comme l’agriculture.

Zoom sur le bâtiment

Le sujet du bâtiment a également été évoqué aujourd’hui dans le cadre du plan d’action Lima-Paris. Ségolène Royal a lancé l’Alliance mondiale bâtiments et construction pour le climat. Soutenue par le Programme des Nations unies pour l’environnement, l’Alliance a reçu l’adhésion de 70 organisations et 20 États, représentants plus d’1 milliard d’habitants. Les objectifs : réunir les acteurs mondiaux, augmenter la part des bâtiments écologiques dans les financements internationaux, rassembler les acteurs du bâtiment autour d’un programme d’actions, faire connaître les initiatives, mettre en réseau les autorités publiques.

Du côté des espaces Générations climat, la mer et les océans étaient à l’honneur

Ségolène Royal a ouvert aujourd’hui le forum océan et climat lancé jeudi 3 décembre dans les espaces Générations climat de la COP21. L’objectif de ce forum est de mettre les océans au cœur des négociations. La plate-forme Océan et Climat, officiellement lancée en juin 2014, réunit des associations, des ONG, des scientifiques et des acteurs de l’économie. Travaillant à cette sensibilisation depuis de nombreux mois, ils sont venus avec un plaidoyer pour intégrer l’océan dans le futur régime climatique, décliné en quatre volets :

  • atténuation : réduire les émissions de gaz à effet de serre et préserver les écosystèmes marins ;
  • adaptation : développer des stratégies d’adaptation pour les écosystèmes et les populations les plus vulnérables ;
  • sciences : encourager la recherche et diffuser les connaissances scientifiques sur les interactions entre océan et climat ;
  • financement : flécher des fonds spécifiques pour l’océan.

Le chiffre :
plus de 50 % de la population de la planète vit sur le littoral