Accueil

Archives 2012-2017
Ministère de la Transition écologique et solidaire

Commission Stiglitz – Stern : révéler la valeur de l’action climatique

Ségolène Royal, présidente de la COP21 a rencontré, mardi 31 janvier, les membres de la Commission de haut niveau sur la valeur de l’action climatique présidée par Joseph Stiglitz et Lord Nicholas Stern pour échanger sur l’avancée de leurs travaux. L’objectif de cette commission issue de la coalition sur le prix du carbone (CPLC) est de mettre en lumière la valeur de l’action climatique en représentant le bénéfice tiré de chaque tonne de pollution évitée.

Reconnaître les bénéfices de l’action climatique

L’adoption de l’Accord de Paris sur le climat lors de la COP21 a été un signal puissant de mobilisation des Etats en faveur du climat et de la planète. Il fixe un objectif ambitieux de limitation du réchauffement climatique en dessous du seuil de 2°c.

Chaque Etat s’est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre (CO2) pour atteindre cet objectif et préserver la planète des effets du réchauffement climatique. Cet engagement en faveur de l’action climatique a d’autres impacts, appelés co-bénéfices, sur la santé, la qualité de l’air mais aussi l’économie des pays.

La commission Stiglitz-Stern

Dans le cadre de la coalition sur le prix du carbone (CPLC), Ségolène Royal a mis en place le 3 novembre 2016 une Commission de haut niveau sur la valeur de l’action climatique présidée par Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie et Lord Nicholas Stern, auteur en 2006 du rapport sur l’économie du changement climatique (Stern Review on the Economics of Climate Change). Elle est chargée d’identifier un corridor de valeurs de référence du « coût social du carbone » qui permettra de quantifier le bénéfice de chaque tonne de pollution évitée au niveau mondial, en prenant en compte les risques climatiques et les incertitudes qui y sont liées. Cette valeur pourra être un indicateur à disposition des pays qui souhaitent instaurer une tarification du carbone, mais aussi des entreprises et des investisseurs qui feront le choix d’intégrer une politique climatique dans leur stratégie de développement.

La commission présentera ses premières conclusions en avril 2017 lors des réunions de printemps de la Banque mondiale et du FMI et rendra son rapport final en juin 2017.

Zoom sur la coalition sur le prix du carbone (CPLC). 74 pays et plus de 1000 entreprises ont formé une coalition pour le prix du carbone en septembre 2014, lors du sommet sur les changements climatiques du secrétaire général des Nations unies. L’ambition de cette coalition est d’alimenter un dialogue fructueux entre décideurs publics et privés sur les opportunités d’étendre les politiques de tarification du carbone. La France, l’Allemagne, le Mexique, le Canada, le Chili ou encore l’Éthiopie font partie de cette coalition.