Accueil

Ministère de l'Environnement,
de l'Énergie et de la Mer

Décès de Jean-Marie Pelt

Jean-Marie Pelt (né en 1933), pharmacien et botaniste, vient de décéder. Il est l’une des grandes figures de l’écologie en France et dans le monde.

Il était agrégé de pharmacie et fut professeur des Universités, durant 10 ans à la faculté de pharmacie de Nancy (botanique, biologie végétale et cryptogamie) puis ensuite à la faculté des sciences de Metz où il enseignait alors la botanique et la physiologie végétale. Lors de ses très nombreuses missions de terrain à l’étranger, en particulier en 1967 au Togo pour l’Institut de Recherche pour le Développement (alors ORSTOM), il affirmera son intérêt pour les médecines et pharmacopées traditionnelles. Il ira aussi en Amazonie et en Afghanistan à plusieurs reprises et publiera de nombreux articles scientifiques consacrés à l’écologie végétale et aux pharmacopées traditionnelles. Il était président d’honneur de la Société française d’ethnopharmacologie et ces dernières années professeur honoraire de l’université Paul-Verlaine (Metz).

Il a mené une vie d’élu local actif comme maire-adjoint de la ville de Metz et a contribué à des restaurations majeures dans la ville.

Son combat pour la défense de l’environnement fut constant : dès 1977, il écrivait : « Il paraît chaque jour plus évident que la croissance économique ne se poursuit qu’au prix d’une décroissance écologique, tout comme une tumeur cancéreuse ne s’alimente qu’au détriment de l’organisme qu’elle épuise : dans les deux cas, le bilan final est désastreux » (dans L’Homme re-naturé, 1977, Le Seuil). Il fonde à Metz en 1971 l’Institut européen d’écologie, qu’il présidera jusqu’à sa mort.

Il s’opposera aux organismes génétiquement modifiés (OGM) et a co-fondé le Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique dont il était le secrétaire général.

Grand défenseur de l’agriculture biologique, il s’est beaucoup battu contre l’usage inconsidéré des pesticides. Jean-Marie Pelt est sorti de son laboratoire et a participé à de nombreuses émissions et documentaires pour la télévision, comme L’Aventure des plantes, et de nombreuses interventions à la radio, ses multiples ouvrages, sur l’histoire des plantes, l’évolution, l’écologie, ou encore ses conférences.

Il écrivait en 1997 (chez Fayard) dans « Plantes en péril » : « ... elles s’éteignent dans un silence assourdissant... annonce-t-on à la télévision l’agonie ou le trépas d’une espèce végétale... ?  ».

Pour Ségolène Royal, Jean-Marie Pelt était un homme de conviction, scientifique engagé, remarquable passeur d’idées et grand humaniste. Infatigable auteur et conférencier, il était extraordinaire de par sa force de conviction et sa capacité à s’émerveiller, s’enthousiasmer et à s’indigner. Ce fut l’un des grands écologues français impliqué à la fois dans la science et dans la communication de la science.

Ségolène Royal rend hommage à cet humaniste défenseur de la nature et tient à apporter tout son soutien à sa famille et à ses proches dans cette épreuve.

 Télécharger le communiqué (PDF - 52 Ko)