Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")

  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte

Le gouvernement se mobilise contre le harcèlement sexiste dans les transports en commun

9 novembre 2015 (mis à jour le 10 novembre 2015) - Transports
Imprimer

Lundi 9 novembre, Gare Saint-Lazare à Paris, Alain Vidalies a présenté le lancement de la campagne gouvernementale de sensibilisation contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dans les transports en commun : « Face au harcèlement, n’attendons pas pour réagir ».


Une des douze mesures du plan national de lutte contre le harcèlement sexiste dans les transports

Alain Vidalies, secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, et Pascale Boistard, secrétaire d’Etat chargée des Droits des femmes, ont présenté lundi 9 novembre à la Gare Saint-Lazare la campagne gouvernementale de lutte contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dans les transports en commun.

Cette campagne est une des douze mesures du plan national de lutte contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dans les transports en commun annoncé le 9 juillet 2015. Ce plan développe 12 mesures concrètes pour lutter efficacement contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dont sont victimes les femmes dans les transports en commun à travers trois axes :

  • Mieux prévenir
  • Une réaction plus efficace face à ces situations
  • Mieux accompagner les victimes dans des transports non sexistes

Télécharger le document

« Face au harcèlement, n’attendons pas pour réagir »

Selon le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes, 100% des femmes ont malheureusement déjà été confrontées au moins une fois à des situations de harcèlement ou de violences dans les transports publics. Aucune de ces situations d’insécurité ne peut plus être ignorée ou banalisée.

A partir de lundi 9 novembre, des affiches et panneaux numériques sont installés sur les quais du métro et dans les gares de Paris, Lille, Lyon, Marseille et bientôt d’autres villes. Elles décrivent les interpellations de l’agresseur, la peur que peut ressentir la victime ou encore les hésitations des témoins à intervenir. La campagne est également déclinée en un clip vidéo de 20 secondes qui circule sur internet. 

Le harcèlement sexiste est puni par la loi

La campagne rappelle les peines encourues par les agresseurs (jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende) :

Télécharger l’infographie complète : "Que dit la loi ?"

Victime : vous pouvez dire non !

Télécharger l’infographie complète

Les numéros d’appel d’urgence sont des services gratuits, disponibles 24h/24 et 7j/7. Ils permettent aux victimes d’être secourues et aux témoins de signaler une agression efficacement et rapidement. A partir du 7 décembre, le numéro d’alerte de la SNCF (3117) sera également accessible par SMS, ce qui permettra de signaler une situation d’urgence plus discrètement qu’en téléphonant.

Témoins : quelques conseils pour réagir

Télécharger l’infographie complète

La RATP a également annoncé l’introduction dans la formation de ses agents d’un module sur la prise en charge des violences sexistes.

Crédits photo Une : Arnaud Bouissou / MEDDE

Imprimer