Accueil

Archives 2012-2017
Ministère de la Transition écologique et solidaire

Mise en place de l’Agence française pour la biodiversité

Un an jour pour jour après la présentation du texte de loi par Ségolène Royal au Sénat le 19 janvier 2016, et de son vote à l’unanimité, Ségolène Royal et Barbara Pompili mettent en place l’Agence française pour la biodiversité, dont Hubert Reeves est le Président d’honneur.

La loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages a créé l’agence française pour la biodiversité qui est opérationnelle depuis le 1er janvier 2017.

Les principales missions de l’Agence française pour la biodiversité concernent tous les milieux, terrestres, aquatiques et marins :

  • préservation, gestion et restauration de la biodiversité.
  • développement des connaissances, des ressources, des usages et des services écosystémiques attachés à la biodiversité.
  • gestion équilibrée et durable des eaux.
  • appui scientifique, technique et financier aux politiques publiques et privées, y compris > le soutien aux filières des croissances verte et bleue.
  • lutte contre la biopiraterie.
  • collecter des données et les rendre accessibles.
  • piloter des programmes d’études ou de recherches.
  • donner un appui technique aux services de l’État et aux collectivités.
  • accompagner les acteurs socio-économiques (centre de ressources).

Dans ce cadre, Ségolène Royal a donné un plan de travail immédiat à l’Agence française de la biodiversité :

Généralisation des sciences participatives avec :

  • la création du portail 65 millions d’observateurs (à laquelle le ministère contribue à hauteur de 200 000 euros).
  • généralisation de l’offre de service de Vigie nature école pour toutes les écoles.
  • création de 8 nouvelles aires marines éducatives en 2017.
  • appui à la réalisation de 500 nouveaux Atlas de biodiversité communale (ABC), avec un objectif de 10 % des communes des TEPCV.

Biodiversité marine, démarches exemplaires

  • restauration d’un site Natura 2000 au large de Saint-Raphaël par l’enlèvement d’un récif artificiel en pneus immergés dégradés et sa reconstruction.
  • développement des mouillages écologiques dans les parcs naturels marins.
  • généralisation du dispositif d’évitement des collisions entre les navires et les cétacés en Méditerranée.
  • recensement des Mammifères marins et autre Mégafaune pélagique par Observation Aérienne aux Antilles (programme REMMOA).

Soutien au plan France Terre de pollinisateurs

  • publication aujourd’hui du Guide communal Zéro pesticide et campagne nationale « Terre saine » du ministère.
  • expertise sur les alternatives aux pesticides, dont les néonicotinoïdes, pour permettre d’accélérer leur mise sur le marché.
  • mise en place d’un réseau de référence sur le lien entre le climat et la biodiversité grâce aux programmes des parcs nationaux : « lacs sentinelles » et « alpages sentinelles ».

Lutte contre les pollutions de l’eau dans les zones de captage

Mise en place d’un centre de référence pour s’assurer de l’efficacité des actions. Ce centre mettra à disposition des élus, professionnels, associations et usagers l’expertise nécessaire.

Application de l’Accord de Paris sur le climat

Ségolène Royal demande à l’agence de lui faire des propositions pour rapprocher les 3 conventions issues du Sommet de la Terre à Rio en1992 (biodiversité, climat et lutte contre la désertification).

La Ministre a indiqué que l’agence sera associée aux deux grandes initiatives internationales qu’elle a prise pour les semaines qui viennent :

La conférence Méditerranée qui se tient à Paris le 23 février.

La conférence des pays membres de la convention de Carthagène pour la protection de la mer des Caraïbes, accueillie par Ségolène Royal en Guyane du 13 au 17 mars.

Avec un budget de 225 millions d’euros, l’Agence française pour la biodiversité est une première mondiale qui conforte le rôle leader de la France pour le climat et la biodiversité.