Accueil

Archives 2012-2017
Ministère de la Transition écologique et solidaire

Ségolène Royal en Guadeloupe et Martinique pour protéger la biodiversité et développer la transition énergétique

Du dimanche 12 au mercredi 15 mars, Ségolène Royal s’est rendue en Guadeloupe et en Martinique pour y rencontrer les acteurs de ces territoires d’Outre-mer et y accélérer la transition énergétique.

Création du parc naturel marin de Martinique

A Fort-de-France, Ségolène Royal a signé la convention d’accompagnement pour la création du parc naturel marin de Martinique, amenant à 10 le nombre de parcs naturels marins en France.

Ce parc renferme trois écosystèmes tropicaux majeurs :

  • 22 km² de mangroves  ;
  • des herbiers de phanérogame ;
  • 49 km² de récifs coralliens.

Grâce à la création du parc, ces écosystèmes, qui abritent des espèces emblématiques (oiseaux, tortues marines, mammifères marins...), pourront être mieux valorisés et protégés.

Protection de la mangrove

Aux Abymes, en Martinique, Ségolène Royal a inauguré la maison de la mangrove, une installation écotouristique qui valorise les zones humides environnantes (mangroves, marais, forêt marécageuse et prairies humides).

Ségolène Royal a signé une convention avec le Conservatoire du Littoral pour l’affectation de 660 ha de mangroves complétant ainsi les 1200 hectares affectés en 2015. Désormais ce sont 1860 ha de mangroves qui sont placés sous la protection du Conservatoire du Littoral en Martinique

Développement des énergies renouvelables

Soutien à la production d’énergie photovoltaïque

Aujourd’hui, bien que les conditions de production d’énergie solaire photovoltaïque soient plus délicates sur les territoires insulaires, le tarif d’achat de l’énergie photovoltaïque est le même qu’en métropole. Lundi 13 mars, pour soutenir la production d’énergie photovoltaïque en Outre-mer et sur les territoires insulaires (dits "zones non-interconnectées"), Ségolène Royal a annoncé la mise en place d’un tarif de rachat qui soit leur soit spécifique.

Création d’un pôle d’excellence pour la géothermie

En signant avec le Conseil régional de Guadeloupe une convention financière de 100 000€, Ségolène Royal entend améliorer de 10% la production du site géothermique de Bouillante, en Guadeloupe. Elle participe ainsi à l’objectif de l’Alliance mondiale pour la géothermie de multiplier par 5 la production électrique et par 2 la production de chaleur à partir de la géothermie.

La géothermie est une énergie renouvelable stable, prévisible et compétitive, qui permet de contribuer à l’autonomie énergétique des îles, particulièrement dans la mer des Caraïbes, et de réduire le recours aux énergies fossiles, facteur de pollutions et d’émissions de gaz à effet de serre.

Protection des récifs coralliens

Les récifs coralliens figurent parmi les écosystèmes les plus riches. Et pourtant, 20 % des récifs mondiaux ont été irrémédiablement détruits ou présentent peu de chances de récupération, 25 % sont dans un état critique et 25 % sont aujourd’hui menacés.

Pour la première fois en France, un arrêté ministériel va protéger 16 espèces de coraux en Guadeloupe, en Martinique et à Saint-Martin. Cette mesure, validée vendredi 10 mars par les experts du Conseil national de la protection de la nature, dispose que seront interdits la mutilation, la destruction, l’enlèvement de spécimens dans le milieu naturel et toute action susceptible d’avoir un impact notable sur les 16 espèces de coraux constructeurs de récifs.

Nouveau soutien financier pour 8 territoires à énergie positive pour la croissance verte

La ministre a signé 8 nouvelles conventions « Territoires à énergie positive pour la croissance verte » avec le conseil départemental de la Guadeloupe, la communauté d’agglomération de Cap Excellence et les communes de Baie-Mahault, Anse-Bertrand, Trois Rivière, Saint-Claude, Gourbeyre et Saint-Anne.

Le programme du déplacement

Tout au long de son déplacement, Ségolène Royal a rencontré les élus, collectivités, associations et partenaires économiques locaux pour aborder différents sujets :

  • la protection de la biodiversité marine et terrestre ;
  • la croissance bleue ;
  • l’économie circulaire ;
  • la prévention des risques.